Rapport annuel 2019
Rapport annuel 2019

L’AVOP EN LETTRES

L'AVOP en équilibre

Mot de la Secrétaire générale

Mot de la Secrétaire générale

Catherine Staub

Pour une association faîtière, l’équilibre est au centre des préoccupations

Une association faîtière, comme l’AVOP, est – par définition – composée de membres institutionnels. Ces membres sont représentés, à l’assemblée des délégués, par le/la président/présidente et le/la directeur/directrice, un droit de vote pour deux personnalités qui n’ont pas le même niveau d’informations sur les objets qui nécessitent des décisions.

Dans les assemblées des délégués, il tient à cœur au comité que les conseils de fondation et les comités d’association soient largement présents, car ce sont eux, qui doivent – en leur titre et fonction – engager l’institution, sur des dossiers qui auront été menés avec le concours des directions. Mais, le comité ne parvient pas tout le temps à séduire les présidentes et présidents quand les dossiers soumis au vote paraissent trop complexes ou trop éloignés des priorités de ces précieux bénévoles investis dans leur propre structure.

Dans la cohorte des directions, certaines participent aux séances des bureaux de l’AVOP, organes au cœur de notre association ; elles influent directement sur les dossiers opérationnels et stratégiques. Il ne faut alors pas oublier de communiquer adéquatement aux autres directions, pour qu’elles aient aussi une connaissance suffisante des dossiers qui sont traités au secrétariat général, afin de pouvoir leur faire bénéficier des résultats harmonisés des travaux menés.

Sur le plan financier, clôturer une année sur des résultats équilibrés est un exercice périlleux qui consiste essentiellement à renoncer à des projets qui pourtant seraient profitables à l’ensemble des institutions d’un secteur pour en prioriser d’autres, sur la base de critères fluctuants.

Dans les travaux de renforcement de l’AVOP, cette juste mesure est toujours au cœur des préoccupations. Comment assurer une représentation harmonieuse des petites, des moyennes et des grandes institutions ainsi que de toutes les particularités des missions de pédagogie spécialisée, d’éducation sociale, de handicap, d’addictions et de grandes difficultés sociales ?

Quelle assiette pour fixer la cotisation ? Faut-il supprimer les effets de seuil (plancher / plafond) et choisir une unité de mesure commune à toutes les institutions ? Mais dans ce cas, les grandes institutions paieront une somme très élevée de cotisations pour une utilisation moins intense des services de l’AVOP, car elles ont souvent des services internes spécialisés et, à l’inverse, des petites ou moyennes structures pourront avoir besoin de plus de soutiens professionnels en cas de vacance du poste dans leur structure.

Dans la composition du comité de l’AVOP, il faut aussi asseoir autour de la table des représentants des missions, issus paritairement des directions, d’une part, et des conseils de fondation ainsi que des comités d’association, d’autre part. Dans cette recherche de l’équilibre en terme de gouvernance, il est aussi fondamental de vérifier que les compétences stratégiques, financières, juridiques et de communication seront aussi présentes. Et que dire de la parité hommes – femmes !

Avec le projet de renforcement de l’association, le comité tend à s’approcher le plus possible de la représentativité idéale, en prévoyant d’associer les compétences (juridiques, financières, de communication, politiques, scientifiques) aux moyens (cotisations), en tenant compte de l’investissement des institutions dans les organes de l’AVOP et de leurs besoins afin de permettre à tous les partenaires, que cela soient des directions ou des conseils de fondation et comités d’association, d’avoir accès comme ils le désirent à l’AVOP.

Cet équilibre est toutefois fragile, ténu et complexe ! Il ne sera jamais définitif, il sera toujours au cœur des préoccupations de l’AVOP.

Les bureaux, organes au cœur de l'AVOP

Par une révision des statuts de notre association faîtière, en novembre 2018, les trois bureaux historiques sont devenus des organes à part entière avec des compétences décisionnelles identifiées sur des dossiers opérationnels et un rôle de préavis, à l’attention du comité, sur les orientations stratégiques.

Pour la première fois en 2019, les membres des bureaux ont été élus par leurs pairs, lors de la chambre des directeurs du début de l’année, après avoir fait acte de candidature. Le processus mis sur pied garantit la légitimité de leur posture et leur permet de s’exprimer au nom des institutions qui émargent au bureau concerné.

Comme c’est aussi le cas pour la chambre des directeurs, cette élévation des bureaux au rang d’organes de l’AVOP est une reconnaissance de tout le travail accompli par les directions pour faire VIVRE l’AVOP et améliorer la qualité des prestations d’accompagnement de chacun des membres.

Les bureaux sont composés de sept directrices et directeurs pour l’éducation sociale, de neuf directions pour la pédagogie spécialisée et tout autant pour le bureau de l’accompagnement et des alternatives pour adultes. Ces bureaux se rencontrent entre six et huit fois par an. Le secrétariat général participe aux débats, anime les rencontres, assure le suivi des décisions et mène les dossiers sur la base des orientations décidées.

Cette réorganisation de l’AVOP, avec un renforcement des organes et une mise en valeur de la force des directions dans l’association faîtière, s’est établie dans le même temps où les services, qui subventionnent les membres, mutaient aussi.

Ainsi, le SESAF a été réuni à la direction de l’enseignement ordinaire et est connu aujourd’hui sous le nom de DGEO-SESAF. Le SPAS a fusionné avec le SASH pour former la DGCS. Le SPJ a aussi suivi le mouvement et deviendra une direction générale de l’enfance et de la jeunesse en septembre 2020. Ces changements structurels au sein de l’Etat se sont accompagnés de la nomination de nouvelles Cheffes de Département et des nouveaux Directeurs généraux et Chef de service, qui n’étaient pas encore connus de l’AVOP.

A quoi se sont ajoutés des réunions relatives à la mise en œuvre de nouvelles lois et règlements sur la protection des mineurs et sur la pédagogie spécialisée, d’une part, et des réflexions sur des changements tout autant fondamentaux pour les institutions pour adultes, d’autre part.

Lesdits travaux de mise en œuvre de législations ou préparatoires touchent au cœur même de toutes les institutions subventionnées membres de l’AVOP, puisqu’ils déboucheront sur une adaptation des missions institutionnelles, de la planification de l’offre et des besoins, des ressources directes affectées à l’accompagnement des bénéficiaires, des dotations administratives, directions comprises, du financement associé aux missions et de la contractualisation des subventionnements.

Pour répondre adéquatement à ces profonds bouleversements, il fallait que le secrétariat général puisse se reposer sur des organes forts, que sont les bureaux, placés aussi au cœur de l’AVOP.

Dans le contexte décrit précédemment, en sus des dossiers thématiques qui ont été traités, la préoccupation stratégique majeure des trois bureaux, au cours de l’année 2019, s’est inscrite dans la définition ou l’adaptation de la relation de collaboration entre les bureaux et les directions générales concernées.

Aujourd’hui tous les partenaires affirment la même intention collaborative. Du côté de l’AVOP, le souhait est de poser ou de redéfinir les bases d’un partenariat fort, en recréant des liens solidement ancrés dans une relation de confiance mutuelle et animés par une volonté partagée de répondre aux besoins des bénéficiaires. Dans les faits, chacun évolue en fonction de son plan d’actions et de ses contraintes politiques officielles ou officieuses.

A la fin de l’année 2019, il faut avouer que cette relation de partenariat dans la construction de l’avenir des institutions n’était pas encore acquise. Elle doit encore être travaillée, étoffée et nourrie.

Pour l’AVOP, être considérée comme un partenaire fort, incontournable, impliqué et respecté est une posture fondamentale qui doit étendre encore ses racines. Le comité, le secrétariat général et les bureaux ne ménagent toutefois pas leurs efforts pour obtenir cette reconnaissance.

La réorganisation de l’AVOP est une partie de la réponse, l’autre étant l’engagement pris par toutes les personnes actives de s’impliquer dans les dossiers de fond pour défendre activement les missions des institutions auprès de l’Etat.

Pour l’AVOP, un des enjeux importants de l’intensification du partenariat avec l’Etat est de tendre à un décloisonnement des services pour améliorer l’accompagnement en institutions ainsi que la transition mineurs – majeurs en supprimant des obstacles décisionnels et administratifs ainsi que la multiplicité des interlocuteurs qui alourdissent et ralentissent le processus. La qualité de l’accompagnement en sera renforcée.

 

Pour les membres de l’AVOP, les rapports d’activité complets de chaque bureau ainsi que les enjeux pour l’année en cours, définis par la chambre des directeurs peuvent être consultés dans la partie intranet dédiée de notre site.

Bureau de la pédagogie spécialisée

Cédric Blanc
Directeur général de la Fondation de Verdeil

Maria Del Rosario Calatayud
Directrice du secteur enfants & adolescents de la Fondation Perceval

Lysiane Gallay-Sarriot
Directrice de la Fondation l’Ombelle

Pascale Grivel
Directrice de la Fondation Delafontaine

Louis Lamontagne-Müller
Directeur de la Fondation La Monneresse

Miguel Maneira
Directeur du secteur enfance et transition de la Fondation de Vernand

Lucien Panchaud
Directeur santé communautaire du CPHV

Alban Resin
Directeur de la Fondation Dr. Combe

Pierre Sterckx
Directeur de la Fondation de l’Hôpital de l’Enfance de Lausanne – Centre Psychothérapeutique

Bureau de l'accompagnement et alternatives pour adultes

José Barroso
Directeur général de la Fondation Les Eglantines

Sandra Feroleto
Directrice générale de l’Association La Branche

Thierry Chollet
Directeur général de la Fondation Les Oliviers

Pascal Dubrit
Directeur de la Fondation du Levant

Alejandro Martinez
Directeur du département hébergement socio-éducatif de l’Institution de Lavigny

Michael Motz
Directeur du secteur adultes de la Fondation Perceval

Dominique Praplan
Directeur d’Eben-Hézer Lausanne

Kris Ricchetti
Directeur de la Fondation Echaud

Mireille Scholder
Directrice de la Fondation de Vernand

Bureau de l'éducation sociale

Christophe Berthet
Directeur de l’Association de la Maison des Jeunes

François Gorgé
Directeur de l’Association le Châtelard

Daniel Gröbli
Directeur général de la Fondation La Rambarde

Ladislas Hierholtz
Directeur de la Fondation Les Airelles

André Kuenzli
Directeur de la Fondation de l’Ecole de Pestalozzi

Thomas Légeret
Directeur de la Fondation St-Martin

Séverine Peccatus
Directrice générale de la Fondation Jeunesse et Familles

La chambre des directeurs

La première séance de la chambre des directeurs, nouvel organe de l’AVOP fondé par une révision des statuts, a eu lieu le 20 février 2019.

Cette chambre des directeurs est composée de tous les directeurs des institutions membres de l’AVOP et des cadres de rang supérieur qui ont été nommés dans les bureaux, organes au cœur de l’AVOP. Elle se réunit au moins une fois par année.

Au cours de cette journée, il est présenté, aux directions, le travail effectué l’année précédente, par les pairs qu’elles ont élus dans les bureaux et elles sont consultées sur les dossiers prioritaires que l’AVOP doit traiter.

Cette journée a aussi pour but de favoriser, par le réseautage entre les personnes présentes, une harmonisation des pratiques institutionnelles et une connaissance la plus large possible des réalités de chaque mission et chaque institution.

Sans être un contre-pouvoir à l’assemblée des délégués, la chambre des directeurs n’en est pas moins un organe très important de notre association faîtière. C’est l’endroit par excellence où la politique et la stratégie de l’AVOP se dessinent, que cela soit en matière de développement de prestations, d’identifications des besoins, de planification de l’offre, de dossiers à mener, de relations à tisser, de négociations à conduire et ceci dans les quatre grandes missions institutionnelles représentées par l’AVOP, soit la pédagogie spécialisée, l’éducation sociale, le handicap et les grandes difficultés sociales.

Bien que cela soit l’assemblée des délégués qui est habilitée, en définitive, à engager stratégiquement le positionnement de notre association, ce sont bien les directrices et les directeurs qui le travaillent en amont, l’affinent et le documentent, jusqu’à ce qu’il soit porté au vote.

L’AVOP ne peut fonctionner qu’avec l’engagement précieux et l’implication forte des directions des institutions membres qui mandatent, guident et supervisent le travail quotidien du secrétariat général. Les directions sont chaleureusement remerciées de leur accompagnement sans faille !

Le comité de l'AVOP

Pour faire face aux défis qui sont les nôtres, l’AVOP doit monter en compétences, en matière scientifique, financière, stratégique et politique, afin d’avoir les moyens d’être un partenaire de poids face à l’Etat pour collaborer au mieux et défendre les missions d’accompagnement des établissements membres et les ressources nécessaires pour y parvenir. Face à la réorganisation des services de l’Etat qui se sont mués en directions générales, cette introspection du fonctionnement de l’AVOP afin d’en optimiser les actions et les engagements est absolument fondamentale et vitale.

C’est ainsi que le projet d’AVOP Forte ou de renforcement de l’AVOP est né à l’été 2018, déjà.

Une des premières étapes a été de renforcer le rôle des directions au sein de notre association faîtière en travaillant à définir les tâches et les compétences des bureaux, et de la chambre des directeurs. Le but est d’asseoir les décisions de l’AVOP sur les compétences scientifiques et stratégiques des directions membres de notre association et de disposer ainsi de racines profondes.

Le comité a poursuivi sur la voie du changement en incitant le secrétariat général à se réorganiser pour disposer, d’une part, d’une vision transversale et stratégique sur tous les travaux des bureaux en lien avec les services et directions générales de l’Etat et, d’autre part, libérer des compétences afin de mener les différentes réflexions fondamentales qui ont démarré sur les nouveaux subventionnements publics, les nouveaux outils d’allocation des ressources et la contractualisation associée.

Finalement, le comité de l’AVOP a souhaité évaluer son positionnement et définir une nouvelle stratégie. Pour ce faire, il s’est réuni à plusieurs reprises pour poser une vision du futur et définir les axes de développement pour y parvenir. Le comité a ainsi décidé que l’AVOP devait se positionner comme un partenaire de poids vis-à-vis de l’Etat, être une faîtière proactive qui délivre des prestations à haute valeur ajoutée à ses membres et promouvoir le secteur social vers le grand public et le monde politique.

Une fois cette vision posée, le comité a imaginé les ressources humaines et financières dont il avait besoin pour satisfaire à cette vision. Deux groupes de travail (GT) ont été créés, l’un nommé GT financement / prestations et l’autre GT fonctionnement / compétences.

Le premier GT s’est attelé à passer au crible toutes les prestations de l’AVOP pour déterminer quelles sont les prestations qui doivent être fournies par une association faîtière et les autres. Cette distinction permet d’identifier les services de l’AVOP qui doivent être financés par les cotisations, sur la base d’un principe de solidarité entre les institutions, et les prestations non indispensables qui doivent faire l’objet d’un financement additionnel, sur mandat. L’identification des prestations qui doivent être fournies aux membres a été confrontée aux besoins et aux attentes des directions ainsi qu’à ceux des conseils de fondation et des comités d’association. Cette réflexion, qui est encore en cours et qui sera probablement présentée en 2021, débouchera sur une nouvelle proposition de cotisations et une liste de prestations payantes, afin de permettre à l’AVOP de disposer de moyens financiers supplémentaires pour assurer sa mission.

Quant au GT fonctionnement/compétences, il a œuvré sur l’amélioration du fonctionnement du comité et sur l’enrichissement de ses compétences, de manière à soutenir le secrétariat général et à mobiliser des ressources pour l’accompagner dans différents dossiers spécialisés. Le résultat de ces réflexions devait être présenté lors de l’assemblée des délégués du mois de mai 2020. Or, pandémie oblige, c’est en septembre 2020, que les réflexions du comité sur sa composition et son rôle seront soumises au vote des membres. Quant aux travaux sur le financement et les prestations de l’AVOP, ils seront présentés en 2021.

Le GT fonctionnement/compétences a aussi imaginé le profil idéal du président qui pourrait représenter et guider cette AVOP renforcée ! Un appel à candidature a été lancé, le résultat était attendu lors de l’assemblée des délégués du mois de mai, il sera finalement connu au mois de septembre 2020.

Commencée en 2018, le renforcement de l’AVOP devrait s’achever en 2021.

1ère

Chambre des directeurs

8

Séances de comité et assemblée des délégués

19

Assemblées de bureaux

1832

Interventions de permanence juridique

31

Séances de CPP et de sous-commission

533

Classifications

3

Formations classifications
Les nouveaux locaux de l'AVOP

Les nouveaux locaux de l'AVOP

En savoir plus

Les nouveaux outils

Les nouveaux outils

En savoir plus

Le comité de l'AVOP

M. Guy Pernet
Président de l’AVOP
Président de la Fondation de Vernand

M. André Kuenzli –  a quitté le comité le 01.05.2019
Vice-président de l’AVOP
Directeur de la Fondation de l’Ecole Pestalozzi

M. Pascal Dubrit – élu à cette fonction le 01.05.2019
Vice-président de l’AVOP
Directeur de la Fondation Le Levant

M. Colin Aeschbacher – élu à cette fonction le 01.05.2019
Trésorier de l’AVOP
Membre du Conseil de Fondation de l’Espérance

M. Christophe Berthet
Directeur de l’Association La Maison des Jeunes

M. Samir Chercher
Membre du Conseil de la Fondation La Feuillère

Mme Sandra Feroleto – élue le 01.05.2019
Directrice générale de l’Association La Branche

Mme Pascale Grivel – élue le 01.05.2019
Directrice de la Fondation Delafontaine

M. Gilles Lugrin
Membre du Conseil de la Fondation Eben-Hézer
Président du Conseil de la Fondation Accueil à Bas Seuil (ABS)

M. Thierry Matter
Membre du Conseil de la Fondation Delafontaine
Membre du Conseil du Centre d’accueil MalleyPrairie
Membre du Conseil de la Fondation CSC St-Barthélemy
Président de la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme

Mme Séverine Peccatus – élue le 01.05.2019
Directrice générale de la Fondation Jeunesse et Familles

M. Alban Resin – élu le 01.05.2019
Directeur de la Fondation Dr. Combe

M. Donato Stasi – a quitté le comité le 19.08.2019
Président de la Fondation Mérine

Le secrétariat général

Mme Catherine Staub
Secrétaire générale

M. José Sanmarcelino
Secrétaire général adjoint

Mme Katia Bourdot – a quitté ses fonctions le 31.12.2019
Responsable communication & marketing

Mme Annick Bonzon- a débuté le 29.04.2019
Juriste et responsable Formation

Mme Isabelle Hermann
Responsable classifications

Mme Martine Mercanton a quitté le 31.01.2019
Cheffe de projets

Mme Laura Pilade
Coordinatrice administrative

Les institutions membres

Quels financements pour demain…

Quels financements pour demain…

En savoir plus

Comptes 2019

Comptes 2019

Télécharger